Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 15:09

Depuis son origine, un rite initiatique pratiqué dans l’île de la Pentecôte (archipel de Vanuatu), se jeter dans le vide avec les chevilles attachées, est devenu un sport extrême. Divers sites vous attendent au Costa Rica pour pratiquer le saut à l'élastique (ou Bungee Jumping). Le plus réputé est celui du vieux pont Colorado à 30 mn à peine de TACACORI EcoLoge.
Avec ses 80 mètres de haut, frissons et émotions garantis au dessus de la jungle du Costa Rica !

Une expérience à couper le souffle...

nadbungeeJe suis venue accompagner Maggy et Perig, nos clients, qui avaient envie d'une dernière grande expérience quelques heures avant leur départ en avion pour la France. Une fois sur place, on nous a passé un petit film de présentation avec plusieurs types de sauts, tous plus originaux les uns que les autres. Carlos Alfaro, le responsable de XTREME WAVES m’a proposé d'essayer le grand saut. Vous savez bien comment on est…  on remet ces choses à demain, et puis on ne les fait jamais... alors pourquoi pas aujourd'hui ? puisque que c’est  toujours plus amusant de participer à une première expérience à plusieurs, de la sorte on pourra se motiver les uns les autres et se serrer les coudes !
(Vous noterez jusqu’où va notre sens du service d'accompagnement à TACACORI !!!  ;o)) 
... Allez donc VAMANOS JUNTOS !


maggybungee.JPGD'abord, on nous pèse, afin de vérifier quel élastique sera utilisé pour nous (On utilise des élastiques différents afin de garantir une sécurité optimale), on remplit un questionnaire et on signe une décharge...

Une fois sur le pont, la tension monte d'un cran. Le paysage environnant est tout simplement somptueux, mais nous ne prenons pas le temps de le contempler tant nos pensées sont obsédées par la chute à venir. Coup d'oeil par dessus le bord du pont : " c'est haut ! "On nous attache un baudrier au niveau de la taille  et des sangles au niveau des chevilles.

Après discussion avec une équipe vraiment super sympa, sérieuse et possédant 20 ans d'expérience de cette discipline.  On prend le temps de nous expliquer calmement toute les consignes de sécurité et le déroulement du saut. Je traduis pour mes clients en français.

Perigmaggybungee.JPGUne fois attaché  à l'élastique, tout va très vite. C'est Perig qui s’élance le premier. De la passerelle prévue pour les prises de vue, je le filme et son cri n’a rien de rassurant. Maggy sa compagne le suivra quelques minutes plus tard, elle fait un beau saut. Ils sont ravis. Perig n’a visiblement pas eu sa dose maxi d’adrénaline, puisqu’il est candidat pour un second saut. Mais avant, et pour lui laisser un peu le temps de reprendre ses esprits, c'est à moi de jouer.

Me voici à mon tour sur la passerelle. Je m'assois pendant que José l'assistant, parachève mon équipement.  Tout est prêt, il me fait signe de m’approcher, c’est  à ce moment là, où l’on est censé s'approcher du vide que la tension est au maximum.

Les pieds liés, j’avance à tout petits pas, plus loin, encore na-avantbungee-copie-1.JPGplus loin… la pointe des pieds dans le vide, à 80 mètres au-dessus de la rivière et d’une jungle luxuriante. Ne plus regarder en bas avant le saut, malgré l’envie de le faire.

J'essaie de me concentrer sur le paysage devant moi et sans me laisser plus le temps de réfléchir José lance le décompte : "CINCO… QUATRO"….Dans ma
 tête, c
’est  comme si chaque chiffre allait rendre l’hésitation plus grande, …  sauter avant la fin du décompte nous a t-on recommandé ?
Je ne veux pas entendre le "TRES" …. C’est maintenant ou jamais…  allez, je m’élance !!!

On m'avait dit de sauter très loin devant : beaucoup plus facile à dire qu'à faire... L'impression que le sol s'est dérobé sous moi, comme aspirée par l'espace.
Difficile de décrire la chute dans le vide, c’est incroyable, mon coeur bat à 100 à l'heure !
narebond.JPG
Je libère un cri primaire dont je n’aurai pas cru la puissance possible ! je tombe et rien pour s’accrocher, le vide…l'apnée quelques secondes seulement mais on a vraiment le temps de se demander ce qu'on fait là. Les yeux ouverts, des images tourbillonnent,  ….mon corps semble flotter, l’air qui m'entoure, la perte totale des repères, le sol qui grossi, non…
il s’éloigne ? je me sens soulevée par les épaules, propulsée dans les airs... je ne sais plus où j'en suis !!!

Et puis soudain tout devient plus lent. Comme une marionnette des airs pendue à mon fil, je détends tous mes muscles et me laisse pendre dans le vide, libérée d’un seul coup d’une tension énorme.C’est l'ivresse, l'extase de l'envol, une joie incommensurable, aucune douleur nulle part, et une sensation de bien être incroyable.  

J’aperçois le mousqueton du treuil, m’en empare  et le fixe sans hésitation sur l'anneau fixé à ma taille, tout me semble si simple, si facile maintenant… Retour sur la terre ferme où je laisse exploser ma joie…

perigchaisebungee.JPGPerig  est prêt pour son second saut. Une expérience complétement folle que lui a proposé José et qui décuple encore parait-il les sensations :
sauter en arrière assis sur une chaise !!!

Je vous laisse découvrir ce saut assez complexe qu’il a d’ailleurs très bien réalisé, dans la vidéo-souvenir de cette matinée inoubliable.  

Pour ma part, c’est bon, je crois que  j’ai eu ma dose d’adrénaline pour aujourd’hui… ;o)

Je vous recommande de vivre cette expérience. Le saut à l'élastique (Bungee Jumping) ne demande aucun entraînement physique, aucune aptitude particulière, si ce n'est d'avoir une grande force de caractère l'espace de quelques secondes et d'accepter de se jeter dans le vide pour vivre des sensations très fortes, pour se prouver qu'on est capable de le faire, et rapporter dans sa tête à jamais un souvenir inoubliable de votre voyage au Costa Rica.

Renseignements : XTREME WAVES BUNGY COSTA RICA (sur  rendez-vous) ou
à TACACORI EcoLodge (nous pouvons vous organiser le rendez-vous, transport inclu)
Le saut est à 75 $, le seconde moitié prix.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur : 

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans TESTE POUR VOUS
commenter cet article
31 août 2012 5 31 /08 /août /2012 23:15

Nous avons été contactés par un collectif d'hôtels voisins afin de participer à une réunion d'information sur le travail d'une association de Alajuela qui a un besoin urgent d'aide. 
Désireux de conforter notre implication écologique, sensibilisés par l'arrivée de Curu le perroquet Amazone que nous avons recueilli depuis quelques mois, touchés par le dévouement et la cause de cette petite équipe, nous avons décidé d'apporter notre soutien à cette association.


ARA PROJECT a pour but, la conservation de deux espèces de Aras :
Le grand Ara Vert (Ambiguus d'Arums) et le Ara Macao (Arums Macao).
Hatched to Fly Free !

 ( Nés pour voler libres ! )

Aras Macao © THE ARA PROJECT

 L'HISTOIRE
Margo-and-Richard © THE ARA PROJECTDans les années 80, un couple d'américains retraités Richard et Margot Frisius ont commencé à recueillir des perroquets confisqués par le gouvernement ou désavoués par des propriétaires privés. En 1992, ils ont instauré officiellement un programme d'élevage visant à contribuer à la sauvegarde de ces deux espèces. Ils se sont structurés en une organisation à but non lucratif connue sous le nom de "Amigos de las Aves" (les amis des oiseaux), regroupant peu à peu, ce qui est devenue la plus grande collection de grands aras verts en captivité, d'une diversité génétique suffisante pour envisager un  vaste programme de réintroduction.

3 ans après sa femme l'initiateur de ce projet vient de décéder il y a 2 mois,  le programme d'élevage qui abrite
environ 85 grands Aras Verts et 64 Aras Macao
, est désormais aux mains de ARA PROJECT, une organisation qui perpétue depuis 2009 une nouvelle approche de la conservation des aras, respectueuse de l'esprit des fondateurs et basée sur des années d'expérience de l'élevage et de la réintroduction de l'espèce dans son milieu naturel.

Aras Ambiguus d'Arums © TACACORI EcoLodge Aras Ambiguus d'Arums © THE ARA PROJECT

LE PROGRAMME DE ARA PROJECT
La plupart des aras de l'élevage ARA PROJECT sont donc des oiseaux recueillis (abandonnés des braconniers ou précédemment enfermés et maltraités). Malheureusement, ils ne peuvent plus être être relâchés dans la nature, mais peuvent contribuent à la conservation de leurs espèces en pondant les oeufs fertiles.  Quand c'est  possible, les Aras élèveront leurs propres poussins, mais parfois en raison de leurs passé traumatisant, ils ne sont plus capables de le faire.

 Babies Aras © THE ARA PROJECT
Les bébés doivent  donc être élevés par des membres du centre. Un travail énorme puisque les poussins sont alimentés à la main touts les 90 minutes avec une seringue  introduite dans leur petit bec.  Ces bébés seront progressivement entraînés et accompagnés vers la liberté, pour dans quelques années voler librement sur les côtes du Costa Rica. 

 

Ils seront relâchés dans l'un des centres de réintroduction du pays, près de Manzanillo (le plus grand centre de réintroduction de Aras verts du monde) sur la côte CaraÏbes et pour les Aras rouges au sud de Samara à Punta Islita, sur la Côte Pacifique.

Chris Castles, Co-directeur de ARA PROJECT, estime la population mondiale des Ara Verts entre 1800  et  2500 en l'Amérique Centrale. Au Costa Rica, on dénombre seulement 250 aras verts sauvages.

VISITE DES INSTALLATIONS à ALAJUELA
Chris Castles © TACACORI ECOLODGEChris a en charge le Centre d'élevage de Alajuela et la coordination des sites de réintroduction, il nous a fait visiter les installations. 4 hectares,  une finca couverte d'une belle végétation et d'arbres fruitiers parsemée de grandes volières gardées par une meute de 17 chiens des rues recueillis pour prévenir des voleurs éventuels... Ce petit coin niché sur les collines d'Alajuela pourrait bien être l'une des dernières chances de sauvLe Centre d'élevage © TACACORI ECOLODGEer l'un des plus grands perroquets du monde...

Le programme ambitieux et encourageant qui repose largement sur des bénévoles pour maintenir les opérations quotidiennes, ne dispose pas des ressources nécessaires pour nourrir plus de 100 aras un régime régulier d'amandes. Leur régime est à base de fruits hachés et d'une sorte de Gallo-pinto (riz et haricots rouges) enrichi de graisses.

LES BESOINS DE L'ASSOCIATION
Cet ambitieux programme de réintroduction, (le premier au Costa Rica et le premier au monde !) est mené par une toute petite équipe qui localement a des besoins ENORMES,  comme nous l'a expliqué Fernanda Hong Beirute, Représentante du projet et chargée de la collecte des fonds.

Les besoins de l’association sont variés et nombreux (quelques exemples) :


- Des sacs de graines de tournesol
- Un revêtement pour le parking visiteur
- Du travail en électricité pour installer un minimum d'éclairage au Centre,
- Un vidéo projecteur pour présenter le projet
- Une tronçonneuse pour élaguer les arbres du parc
- Des panneaux de signalisation
- Un véhicule 4x4 pour le transport des Aras vers Manzanillo...


Voici 4 idées qui peuvent venir en aide à cette association :

FAIRE UNE DONATION
Nous avons instauré une boîte de dons à TACACORI EcoLodge, l'intégralité des fonds laissés par les clients ainsi que  les pourboires seront désormais donné au Centre pour l'aider à supporter son projet.
Vous pouvez aussi faire une donation en ligne.

REJOINDRE L'EQUIPE DE VOLONTAIRES
Rencontre avec les volontaires © TACACORI ECOLODGEQuelques heures par semaines ou une semaine pendant votre séjour, quelques jours pendant votre séjour au Costa Rica...
Situé à Alajuela, le Centre d'élevage a besoin de toutes les bonnes volontés  pour entretenir le jardin fournissant les fruits aux oiseaux, nourrir les oiseaux, effectuer la maintenance des installations, les travaux de rénovation de la structure.... Devenez volontaires !


VISITER  LE  REFUGE DE ARAS DE ALAJUELA
Pour apprécier une collection de Aras unique au monde, encourager le travail de ces volontaires et contribuer à répondre à ses besoins de fonctionnement (le Centre à besoin de 10 visiteurs mVisite du centre d'élevage à Alajuela © TACACORI ECOLODGEinimum par jour),
TACACORI EcoLodge sera heureux de vous aider à organiser votre  visite privée du Centre d'élevage.  Le projet est à 15 minutes seulement de notre lodge.
Attention, que les choses soient claires, il ne s'agit pas du tout d'un zoo, ni une structure organisée pour les touristes. Les installations sont sommaires, le Centre dispose pour l'instant de peu de moyens pour organiser l'accueil du public, mais l'accueil est chaleureux, le projet très ambitieux,  vous verrez des oiseaux magnifiques en parfaite santé et  l'on vous expliquera avec une réelle passion le patient travail de réintroduction de ces deux espèces de Aras.
Prix : 15 $/personne et 10$/enfants... ou plus !!!
N.B. Pas de sonnette, appelez ou téléphoner avec votre portable pour vous annoncer.

Vous pouvez aussi convenir vous-même directement d'un rendez vous en téléphonant au préalable 8730-0890.

PARRAINER UN PERROQUET
L'association vient de lancer  un programme de parrainage des perroquets.
ARA PROJECT vous octroiera un certificat de parrainage, une photo de votre oiseau, ainsi que sa biographie et  des informations sur son espèce. Vous pourrez choisir le nom de votre oiseau et suivre son évolution tous les 3 mois.
Plus d'infos ici  ou auprès de :  jenny@thearaproject.org ou encore au  (506) 8662 2663

Free © THE ARA PROJECT

 http://www.thearaproject.org/

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur : 

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans ECHOS ECOLOGIQUES
commenter cet article
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 22:58

Depuis quelque temps, objet de toutes les attentions, Banana Guest-room est devenue ...

                     ...La réception de TACACORI !
RECEPTION.jpg

batiment.jpg

...un nouvel espace dédié à l'accueil de nos clients.

Vous y trouverez des magazines, une petite bibliothèque internationale, des guides de voyages, des jeux de société, une salle de bains, (pour les arrivées très matinales à l'aéroport et les départs tardifs) et des toilettes.
Un ordinateur avec internet à grande vitesse est à la disposition de nos hôtes pendant les horaires d'ouverture de la réception. 

Notre bureau d'information se trouve dans ce même espace. Nous vous proposons différentes excursions que nous avons personnellement testées pour vous. Vous trouverez le détail de tous nos services sur les nouvelles pages de notre  site internet.

         ...et sa terrasse panoramique "Oropendola"
Cette belle pièce s'ouvre sur une nouvelle grande terrasse panoramique où l’on peut circuler, se retrouver à l'extérieur entre amis, prendre les petits déjeuners tous ensemble, où se retrouver en soirée sans déranger tout le monde dès que quelqu’un veut bouger un cil…

    terrasse-soir.jpg
Un espace 
commun open-air réservé au confort, au bien-être et à la fraîcheur, un endroit où il fait bon se détendre pour profiter de la vie en plein air au milieu des senteurs fleuries.

Le point de vue est idéal aux heures matinales pour prendre en photos quelques uns des nombreux hôtes qui peuplent notre grand jardin tropical.

photographe.jpg

oropendola.jpg

Alors que nous débutions la construction de cette nouvelle terrasse, un groupe d'Oropendolas Montezumas commençait simultanément et juste en face, le patient travail  de construction de ses longs nids si caractéristiques. Leur dextérité impressionna  nos ouvriers ainsi que leur rapidité et leur savoir-faire.
Lequel de ces deux chantiers seraient fini le premier ?
Les oiseaux ont gagné, voilà pourquoi cette nouvelle terrasse fût baptisée "Terrasse Oropendolas"

palmier.jpgterrasse-nuit-copie-1.jpg

A la tombée du jour, l
e lieu se pare de son habit de lumières. C'est le moment où, le regard perdu dans les étoiles, il fait bon profiter des ambiances sonores de la nuit naissante, accompagné quelques soirs magiques, par le ballet des lucioles.

L’occasion de se rendre compte une fois de plus, si l’on sait être bon observateur, que la nature, à notre porte, nous offre sans cesse d’incroyables spectacles qu’il ne nous reste qu'à savoir apprécier...  

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur : 

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans ACTUALITES TACA
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 17:05

 Le Pitaya ou Pitahaya  (appelé aussi "Fruit du Dragon", ou strawberry pear, mesure une dizaine de centimètres et pèse environ 350 grammes. Sa chair est comestible et ressemble par sa texture et la présence de petits pépins noirs à celle du kiwi, avec un goût cependant beaucoup plus doux. On peut le manger cru à l'aide d'une cuillère après l'avoir coupé en deux. Le Pitaya

Verrine de PitayaAu gré de nos trouvailles au marché d'Alajuela , nous le faisons parfois goûter  à nos clients  au petit déjeuner. Servi en petites verrines accompagné de fraises fraîches du volcan Poas, avec un sirop léger de sucre de canne et un trait de jus de citron pour mieux relever sa saveur. Les graines ont la taille des graines de sésame et sont disséminées dans la pulpe, comme pour le kiwi, on les mange avec le fruit.

PItaya flower

 

La grosse fleur du pitaya est aussi comestible et on peut en faire du thé. L’Hylocereus undatus, ou « raquette tortue » ou « Belle de nuit », est appelé en anglais night blooming cereus, c’est-à-dire « Cire à floraison nocturne ». On raconte que cette  fleur blanche à la douce odeur de vanille fleurit à la tombée de la nuit, elle mesurerait près de 30 cm de diamètre mais ne tient généralement qu’une nuit. Cela a suffi pour faire de cette espèce une plante ornementale appréciée dans le monde entier. Les difficultés de la production de ce fruit résident dans le fait qu’il ne supporte pas le plein soleil et que la fécondation des fleurs est originalement faite par les papillons ou les chauves souris des forêts tropicales.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur :

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans AU COSTA RICA
commenter cet article
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 16:22

Une nouvelle vidéo sur TACACORI Channel

2 mn 40 d'action, d'émotion et de bonne humeur !

 

Vous avez aimé cette vidéo ? Partagez-la sur :

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans HUMEUR
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 23:08

On prétend que Dieu, après avoir peint le ciel, a lavé ses pinceaux dans le Rio Celeste.
Allons sur place vérifier la légende...

Patrick-Celeste.jpg

L'explication sur sa couleur serait plutôt la combinaison d’éléments tel que le soufre et le carbonate de calcium qui lui donne cette teinte bleue sur une trentaine de kilomètres.

 

 


Cascade-celeste

Première étape de cette petite randonnée au coeur de la forêt, la "Catarata de Rio Celeste". Une cascade couleur bleu turquoise semble jaillir de la forêt tropicale pour se jeter dans un petit lac.

 

 


En continuant la marche, on se retrouve face à un lagon "Pozo Azul".
Rio-céleste2
tenidores.jpg

 

Puis en prenant le petit sentier de droite, nous atteignons "Los Tenidores", où une rivière bleutée et une de couleur marron se rejoignent pour mélanger leurs teintes.

  



bains.jpg

 

Encore plus loin, on atteint "Los Termales", tout petit bassin naturel, niché sur le cours de la rivière où l'ont peut prendre un bain chaud au milieu d'une nature époustoufflante. 

 

   

 

chaussures.jpgNB : Pensez à  prendre de bonnes chaussures de marche, le sentier est très souvent glissant et boueux.

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur :

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans TESTE POUR VOUS
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 03:56

Si vous avez des projets de voyage au Costa Rica, le Volcan Turrialba et le Rio Pacuaré, véritable "étape must", feront peut être partie de votre itinéraire, il est aussi possible aussi de s'initier au rafting.

100_0398-copie.jpgPas de place pour l'improvisation. Casqués, sanglés dans leurs gilets de sauvetage,  vos 4 "reporters", séduits par les arguments de leurs clients, ont décidé de se jeter à l'eau pour ce baptème de rafting. Ils sont accompagnés de Léo, tout juste 12 ans, le benjamin d'un équipage totalement novice en eaux vives. C'est Geovani, notre capitaine qui va veiller sur l’intégrité physique de notre équipage et enfin Franck, (Chalet Orosi), le seul parmi nous à avoir expérimenté le Rio Pacuaré. Il  nous promet :
"C'est l’une des 3 plus belles rivières du monde d’après National Géographic".

Après un briefing complet sur le maniement du bateau, sans oublier les consignes de sécurité, il est temps de partir, sans une légère appréhension au moment d'embarquer pour  28 km de parcours imprévisible, 300 m de dénivelé, et environ 45 rapides à passer.

 On démarre, la pression monte d'un cran. Une fois installés sur le boudin, on apprécie la présence rassurante du "cale-pied" et de "la ligne de vie", le nom que l'on donne à la corde à laquelle on pourra s'accrocher pour éviter de tomber à l'eau. 
photos-pages-2521-copie-light-copie-2.jpgLes premiers mètres, plutôt paisibles, permettent d’apprendre à coordonner nos mouvements et à nous familiariser aux instructions du capitaine, puis, déjà, tout s'accélère à l'approche des premiers remous. Premiers cris et premières impressions enthousiastes de la team. Ce passage baptisé "Buenos dias" est une mise en bouche, puis ce sera , "Bienvenido" "Tres pisos" "Rodéo" "Cimarones".... Emotions et fou-rires garantis. Le courant chahute l’embarcation régulièrement mais le raft s'avère bien  plus stable qu'un kayak.

photos-pages-2725-copie.jpg   photos-pages-2607-copie.jpg

Puis arrive le premier rapide classe IV avec son premier vrai paquet d'eau (pas si froide) dans la figure qui réveille un peu mais n'altére en rien la bonne humeur, au contraire !

A la fin d'une descente musclée, qui s'achève en marche arrière, tout le monde partage la même
conclusion : C'est génial !"

photos-pages-2674-copie.jpgrepas.jpgAprès 3 heures de descente, une longue bande de terre recouverte de cailloux s'offre comme le point de chute idéal pour la pose repas de midi.  Autour de notre raft retourné, dans le lit de la rivière, l'équipe organisatrice a préparé pour nous un étonnant buffet, bien vu ... on se découvre tous un fameux appêtit !
 
Après la pause la deuxième série de rapides plus bouillonnants surnomés sympathiquement  "Huacas (cimetière en indien) arriba", "Huacas Abajo" ...;o), ils redonnent un peu d’action à la team qui était un peu passée en "mode digestion" mais qui maintenant s'avère déjà plus aguérie.
Alternent aussi des passages tranquilles de pure contemplation des rivages et de leur flore tropicale majestueuse... 


photos-pages-2734-copie.jpg
Près de 5 h de descente,
plus aucune appréhension, la team au complet avec une pointe regrets en redemande déjà... 

A votre disposition à TACACORI EcoLodge pour organiser avec vous cette sortie inoubliable.

Cet article vous a plu ? partagez-le sur :

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans TESTE POUR VOUS
commenter cet article
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 04:03

Après deux ans et demi dédiés à Tacacori et à l'apprentissage de sa fabuleuse flore, une question demeurait :
Y'a-t-il des champignons "comestibles" au Costa-Rica ?

Pour nous les gourmands, les champignons, la forêt vosgienne, les odeurs d’humus, sont autant d’impressions automnales qui annoncaient les délices de la cuisine des mois en “R”, sans pour autant oublier au printemps les champignons de pré et les morilles.

Donc, lorsque Inbioparque a annoncé son festival de champignons, on ne s’est pas fait prier.

festoival-de-hongosC’était l’occasion pour nous de découvrir ce parc pour en parler à nos clients, mais surtout, nous étions curieux de découvrir quels étaient les champignons locaux comestibles.

A l’entrée du parc se tient une mini-exposition mycologique.
Surprise : nous y reconnaissons aussitôt quelques variétés de champignons connues (coprins, lactaires, girolles, polypores… et même des cèpes !

champignons-comestibles cepes



  













Un peu plus loin, on  nous propose des kits de culture à emporter avec une variété de pleurote.

L'exposition n'a rien à voir avec les expositions mycologiques françaises, mais nous sommes quand même étonnés de retrouver ces variétés connues au Costa-Rica. La plupart d'entre-elles poussent à quelques 3000 m au "Cerro de la Muerte".

tunnel-champignonsThématique du jour oblige, nous commençons la visite du parc par la partie présentant les champignons.
Nous déambulons dans cette forêt démesurée, ramenés à la taille de lilliputiens, et la découverte de champignons est plutôt amusante.

pat-et-morillePatrick a trouvé sa « Morille » !!!  


  nad-et-amanite


 









Et moi, je l’attends, accoudée à une  « Amanite tue-mouche »


Les scientifiques de l´Institut National de la Biodiversité (INBio Parque)
répertorient les écosystèmes chaque année et les chiffres sont fabuleux !
Avec un total estimé par les experts à 500 000 espèces, les surprises et découvertes sont encore au rendez-vous !

Le plus surprenant est que le recensement de l´INBio ne considère que 18% des espèces vivants au Costa Rica.

fricasseeEt parmi ce demi-million d´espèces estimé par les experts,
71% sont des insectes et 13% sont des champignons.

Pour finir,  et puisqu'il était dans nos habitudes françaises de terminer nos balades en forêt par une bonne fricassée de champignons, nous dégustons au stand culinaire des lasagnes forestières et un coq au vin aux champignons ! 

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans AU COSTA RICA
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 01:31

Un petit clin d'oeil en ce premier jour du mois de Mai, je suis allée chercher  pour vous les (presque) clochettes porte-bonheur sur les flancs du Volcan Poas
Qu'en dites-vous ?     ;o)

fleurpoas3 fleurpoas11.jpg

Situé à 30 mn de TACACORI EcoLodge et culminant à 2 705 mètres,  le Volcan Poas est l’un des volcans les plus actifs du pays et aussi l’un des plus visités.

Parvenus au sommet par une route pittoresque, on découvre alors l’impressionnante puissance d’un volcan en activité. A proximité, un petit sentier balisé vous mènera à travers la forêt nuageuse, à la lagune Botos, un ancien cratère aujourd’hui rempli d’eau et entouré d’une végétation surabondante.

Tout au long du sentier se cachent une multitude de petites fleurs magnifiques parfois si petites dans tout ce vert que vous risquez de passer à côté sans remarquer combien elles sont jolies.... 

Découvrez tout notre nouvel album photos ICI

Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans AU COSTA RICA
commenter cet article
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 18:15

Un petit coup d'oeil sur les travaux commencés en mars dernier et qui devraient se terminer bientôt avec une compléte réorganisation des espaces et création d'une aire commune et de nouveaux services à nos clients.

Tour d'horizon en cette fin avril sur ce vaste chantier.

sol-et-toiture.jpg

Pose du parquet bois (05/04/2012)

 sol-bois.jpg

La nouvelle surface est terminée (10/04/2012)

 toit-et-bardage-bois.jpg

Bardage bois (26/04/2012)

enduits,

Démarrage des enduits (26/04/2012)

 varanda.jpg

Essais de rambarde (26/04/2012)

 escaliers.jpg

Réfection des escaliers (26/04/2012)

A bientôt pour les finitions, le florissement et la décoration ;o)

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur : 


Repost 0
Published by TACACORI EcoLodge - dans ACTUALITES TACA
commenter cet article

Tacacori Ecolodge (Le Blog)

  • : TACACORI EcoLodge
  • TACACORI EcoLodge
  • : Un EcoLodge français à votre arrivée au Costa Rica, à proximité (15 minutes) de l'aéroport international San Santamaria (San José).
  • Contact

Bienvenue sur TACACORI Blog

 

 

qrcode

Bonjour à tous et bienvenue sur le blog de TACACORI EcoLodge
Vous découvrirez ici toute l’actualité de l’hôtel (promotions, photos, évènements, billets d'humeur, bonnes affaires...) ainsi que les actualités d'Alajuela et au Costa Rica. Dorénavant vous disposerez ici d’une fenêtre ouverte en permanence sur l'Amérique Centrale. Merci de votre visite. Nous attendons vos commentaires sur notre blog et qui sait votre visite à TACACORI Ecolodge ;o)

Welcome to our blog, we’re glad you’re thinking about a vacation to beautiful COSTA RICA. TACACORI Ecolodge, small hotel is a new place where guests from around the world can come to experience the beauty of the nature in Costa Rica.
After a long way by plane in your arrival or days of hiking, biking, walking or four whelle touring,, before coming back home, we offer to our gusts the best choice for relaxing. TACACORI EcoLodge is just 15 minutes drive from the international Airport of San José (Julan Santamaria Airport) Costa Rica. The coffee filds all left their mark on this region, there are many activites to do here but il you prefer you can also simple relax in our garden. The night skies and stars are beaufiful here, and the weather is quite good all year, so dont' worry about when to come. We hope you decide to stay with us. We look forward to welcoming you in our blog or in person in TACACORI EcoLodge.

                        Nadine ANTOINE & Patrick BELLORINI - Genéral Managers

Rechercher

Archives